Fin de vie des étoiles à + ou - 8 masses solaires

Un peu de pédagogie pour les scientifiques curieux....
Répondre
Avatar de l’utilisateur
mickyman23
Messages : 1879
Inscription : 09 avr. 2019, 07:22
Localisation : Isère

Fin de vie des étoiles à + ou - 8 masses solaires

Message par mickyman23 » 25 janv. 2020, 11:36

Les étoiles de type solaire (Inférieure à 8 Masse solaire).

Ces étoiles ont le coeur suffisamment chaud pour entretenir des réactions de fusion de l'hydrogène pendant plusieurs milliards d'années.
C'est par exemple le cas de notre Soleil, au sein duquel les réactions durent depuis 5 milliards d'années, et qui vont se poursuivre aussi longtemps.
Notre Soleil est donc ainsi à la moitié de sa vie.
Lorsque l'étoile aura transformé tout son hydrogène en Hélium, les réactions de fusion vont se ralentir.
L'étoile va alors s'effondrer davantage sur elle-même.
La température dans son coeur va donc augmenter.
Lorsqu'elle atteindra les 100 millions de degrés, l'hélium produit pendant les milliards d'années de fusion de l'hydrogène va commencer également à fusionner et à se transformer en carbone .
Cela dégagera tant d'énergie que l'enveloppe externe va être "soufflée", et que le diamètre de l'étoile sera environ multiplié par 100.
L'étoile est devenue une géante rouge.

Une fois l'hélium consommé, les réactions vont diminuer d'intensité et l'astre mourant se recontractera.
La température va dépasser de loin les 100 millions de degrés, et la fusion du carbone en oxygène et en éléments plus lourds commencera.
A ce moment, la circonférence de notre Soleil atteindra l'orbite de Mars, tellement il aura "grossi" sous l'effet de l'énergie dégagée par cette fusion...
La quantité d'énergie libérée sera tellement importante que l'étoile va expulser dans l'espace son enveloppe externe.
Son coeur se retrouvera pratiquement mis à nu. Sa température, alors de l'ordre de 25 000 degrés Celsius chauffera et éclairera de l'intérieur l'enveloppe en expansion dans l'espace.
On obtient alors une vaste coquille sphérique brillant d'un éclat coloré : une nébuleuse planétaire.
Le coeur de l'étoile va s'effondrer sur lui-même vu que plus aucune réaction ne peut le retenir.
Il va finir par atteindre environ la taille de la Terre.
A ce stade, électrons et noyaux d'atomes sont tellement proches qu'ils ne peuvent se comprimer davantage.
On dit que la matière est dégénérée. On obtient une naine blanche, dont un dé à coudre pèse plusieurs tonnes.
Lentement, cette dernière va se refroidir, jusqu'à devenir une naine noire, indétectable.
Mais l'Univers est bien trop jeune pour que ces corps aient pu apparaître.
La naine noire est le stade final d'une étoile de moins de 8 masse solaire.



Les géantes et supergéantes bleues (supérieure à 8 masse solaire).

Ces étoiles supermassives convertissent leur hydrogène en hélium comme toutes les autres étoiles, mais vu leur température interne, leur vie ne va durer qu'une dizaine de millions d'années.
Ces étoiles consomment en effet leur carburant à une vitesse phénoménale, abrégeant ainsi leur "espérance de vie".
La mort de ces astres est beaucoups plus spéctaculaire que celles de toutes les autres réunies.
En effet, lors de la pénurie d'hydrogène, ces étoiles se dilatent à un point tel, pour pouvoir fusionner leur hélium qu'elles deviennent des supergéantes rouges.
Mais les réactions vont continuer à un rythme infernale : 10 millions d'années pour fusionner l'hydrogène en hélium, un million d'années pour transformer l'hélium en carbone et oxygène;En 100 000 ans, la métamorphose du carbone en néon est réglée. 20 ans à peine pour que l'oxygène devienne du soufre et du silicium. Ce silicium donne du fer en moins d'une semaine. A chaque nouvelle étape, la température augmente.

Une fois le fer produit, les réactions s'arrêtent, car le fer est l'atome le plus stable qui existe, il ne peut donc pas fusionner.
(En théorie, il pourrait, mais cela demanderait vraiment trop d'énergie). Tous ces éléments produits se répartissent en couches, comme une pelure d'oignon. Les éléments les plus lourds (Fer) seront au centre, l'hydrogène restant sur l'enveloppe externe.

Mais la température est telle que le fer central va se décomposer peu à peu. A sa place, une soupe de particules compactées autour desquelles tournent à une vitesse folle des électrons. cette "coque" d'électrons paralyse un temps la force d'attraction, mais elle finit par cèder. En un dixième de seconde, les électrons se précipitent dans le coeur, que la gravitation comprime en un caillot de neutron, à une température de 200 milliards de degrés (!). Sous une telle pression, en effet, la matière ne peut plus exister telle que nous la connaissons.
Capture.JPG
Capture.JPG (40.86 Kio) Consulté 1015 fois
La matière entraînée dans cet effondrement vertigineux tombe sur ce caillot ultra-dense, de quelques kilomètres de diamètre, et rebondit dessus. L'énergie de ce choc est telle que l'étoile explose : c'est une supernova.
Dans le même temps, le noyau hyper-dense de neutron se dilate également en un soubressaut.
Conformément à l'équation bang + bang = superbang, l'étoile explose.
Durant cette explosion, l'énergie libérée en quelques minutes sera égale à celle libérée par l'étoile pendant toute sa vie, c'est à dire 100 fois plus que ce que notre soleil libérera pendant ces 10 milliards d'années de vie.
Un instant, l'étoile devient plus brillante que toute une galaxie. Cette énergie est libérée à 99% sous la forme d'un déluge de photons et de neutrinos. Durant quelques fractions de seconde, les réactions de fusion sont relancées et produisent tous les éléments plus lourds que le fer : l'argent, le cuivre, le nickel, l'or, le mercure, l'uranium... Sans les supernovas, ces éléments lourds n'existeraient pas.
Presque instantanément, l'étoile grosse comme 20 soleils n'est plus. Il reste une étoile à neutrons, voire un trou noir, si l'étoile originelle était suffisament massive…
Newton 254/1000mm et 150/750mm sur EQ6-r Pro Goto
Lunette 72ED sur AZ GTI
LOMO 120mm
Correcteur de Coma pour F/4
Caméra Altaïr Hypercam 294c PRO TEC cooled / Touptek G3M-385C / EQMOD / Sharpcap PRO / Carte du ciel 4.2-1

Répondre